Publié le

La lutte des personnes trans et de genre divers

genderfluide transgenre lutte lgbt
4.6/5 - (14 votes)

La lutte des personnes trans et de genre divers – lutte des personnes trans et lgbt

lutte des personnes trans et lgbt

Définitions

L’identité de genre fait référence à l’expérience intérieure et individuelle profondément ressentie par chaque personne en matière de genre, qui peut ou non correspondre au sexe assigné à la naissance, y compris le sens personnel du corps (qui peut impliquer, s’il est librement choisi, une modification de l’apparence ou de la fonction corporelle par moyens médicaux, chirurgicaux ou autres) et d’autres expressions de genre, y compris l’habillement, la parole et les manières. 1Le terme « diverse sexe » est utilisé pour désigner les personnes dont l’identité de genre, y compris leur expression de genre, est en contradiction avec ce qui est perçu comme étant la norme de genre dans un contexte particulier à un moment donné, y compris celles qui ne le font pas. se placer dans le binaire masculin/féminin ; le terme plus spécifique « trans » est utilisé pour décrire les personnes qui s’identifient à un sexe différent de celui qui leur a été attribué à la naissance.

Une spirale d’exclusion et de marginalisation

Partout dans le monde, les personnes de diverses identités de genre et trans sont soumises à des niveaux de violence et de discrimination qui offensent la conscience humaine :

  • ils sont pris dans une spirale d’exclusion et de marginalisation : souvent harcelés à l’école, rejetés par leur famille, poussés à la rue et privés d’accès à l’emploi ;
  • lorsqu’il s’agit de personnes de couleur, appartenant à des minorités ethniques ou migrantes, vivant avec le VIH ou professionnelles du sexe, elles sont particulièrement exposées à la violence, notamment aux meurtres, coups, mutilations, viols et autres formes d’abus et de mauvais traitements ; et
  • Afin d’exercer leur droit à la reconnaissance devant la loi, les personnes de diverses identités de genre et trans sont souvent victimes de violences dans les établissements de soins, telles que des évaluations psychiatriques forcées, des interventions chirurgicales non désirées, des stérilisations ou d’autres procédures médicales coercitives, souvent justifiées par des classifications médicales discriminatoires .

Les personnes trans sont particulièrement vulnérables aux violations des droits humains lorsque leur nom et leur sexe dans les documents officiels ne correspondent pas à leur identité ou expression de genre. Aujourd’hui, cependant, la grande majorité des personnes trans et de genre divers dans le monde n’ont pas accès à la reconnaissance de leur genre par l’État. Ce scénario crée un vide juridique et un climat qui favorise tacitement la stigmatisation et les préjugés à leur encontre.

À l’origine des actes de violence et de discrimination se trouve l’intention de punir basée sur des notions préconçues de ce que devrait être l’identité de genre de la victime, avec une compréhension binaire de ce qui constitue un homme et une femme, ou le masculin et le féminin. Ces actes sont invariablement la manifestation d’une stigmatisation et de préjugés profondément enracinés, d’une haine irrationnelle et d’une forme de violence sexiste, motivés par l’intention de punir ceux qui sont considérés comme défiant les normes de genre.

Une lueur d’espoir : la dépathologisation des identités trans

Pendant des années, les diagnostics de santé mentale ont été utilisés à mauvais escient pour pathologiser les identités et autres diversités. En 2017, le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la santé a déclaré que la réduction des identités trans aux maladies aggravait la stigmatisation et la discrimination.

En 2019, l’Assemblée mondiale de la santé a adopté la onzième révision de la Classification internationale des maladies (CIM-11), qui a supprimé les catégories liées aux personnes trans du chapitre sur les troubles mentaux et comportementaux. La révision dépathologise les identités trans et est considérée comme une avancée importante pour garantir que les personnes trans puissent vivre à l’abri de la violence et de la discrimination.

Il est important de noter que pendant longtemps, la pathologisation a eu un impact profond sur les politiques publiques, la législation et la jurisprudence, imprégnant ainsi tous les domaines de l’action de l’État dans le monde et la conscience collective. Éradiquer la conception de certaines formes de genre comme une pathologie de la vie quotidienne sera un processus plus long qui nécessitera des mesures supplémentaires à cette fin.

Les États sont invités à :

  • revoir leurs classifications médicales sur la base de la CIM-11 ;
  • adopter des mesures proactives fortes, y compris des campagnes d’éducation et de sensibilisation pour éliminer la stigmatisation sociale associée à la diversité des genres ;
  • donner accès à des services de soins de santé de qualité et à des informations relatives à la santé aux personnes trans et envisager d’établir la prestation de soins d’affirmation de genre comme une obligation de l’État ne dépendant pas d’un diagnostic ; et
  • prendre des mesures énergiques pour mettre fin à la soi-disant « thérapie de conversion », aux traitements involontaires, aux évaluations psychiatriques forcées ou autrement involontaires, à la chirurgie forcée ou contrainte, à la stérilisation et aux autres procédures médicales coercitives imposées aux personnes trans et de genre divers.

Lisez la déclaration des experts de l’ONU saluant la révision et consultez la Classification internationale des maladies mise à jour publiée par l’Organisation mondiale de la santé.

La reconnaissance légale du genre, encore un rêve lointain pour beaucoup

Le genre autodéterminé est la pierre angulaire de l’identité d’une personne. L’obligation qui en résulte pour les États est de fournir l’accès à la reconnaissance du genre d’une manière compatible avec les droits à la protection contre la discrimination, à l’égale protection de la loi, à la vie privée, à l’identité et à la liberté d’expression.

Le manque d’accès à la reconnaissance du genre nie l’identité d’une personne à tel point qu’il provoque une rupture fondamentale des obligations de l’État. Refuser à quelqu’un la reconnaissance légale de son genre a un impact négatif sur tous les aspects de sa vie : son droit à la santé, au logement, à l’accès à la sécurité sociale, à la liberté de circulation et de résidence ; et elle alimente également la discrimination, la violence et l’exclusion dans les milieux sociaux, y compris les environnements éducatifs et de travail. Lorsque les États reconnaissent l’identité de genre des personnes trans, ils imposent souvent des exigences abusives, telles qu’un certificat médical, une intervention chirurgicale, un traitement, une stérilisation ou un divorce.

L’Expert indépendant sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre a appelé les États à garantir que la reconnaissance juridique du genre soit accessible à toutes les personnes, partout dans le monde. L’Experte indépendante a exhorté les États à légiférer et à adopter des politiques publiques conformes aux recommandations émises en 2015 par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, qui indique que le processus de reconnaissance juridique de l’identité de genre devrait être :

  • fondé sur l’autodétermination du demandeur;
  • un simple processus administratif;
  • accessible et, dans la mesure du possible, gratuit ;
  • ne pas exiger des candidats qu’ils satisfassent à des exigences médicales ou légales abusives ;
  • reconnaître les identités non binaires (identités de genre qui ne sont ni « homme » ni « femme »); et
  • veiller à ce que les mineurs aient également accès à la reconnaissance de leur identité de genre.

lutte des personnes trans et lgbt

L’inclusion sociale

Les États ont le pouvoir, le devoir, de mettre fin au calvaire auquel sont confrontées les personnes trans et de genre divers et de favoriser leur inclusion. En plus des recommandations mentionnées ci-dessus, les États devraient :

  • mener des campagnes de sensibilisation pour éliminer la stigmatisation sociale associée à la diversité des genres ;
  • adopter des politiques éducatives luttant contre les préjugés sociaux et culturels néfastes, les idées fausses et les préjugés ;
  • aborder les représentations négatives et/ou stéréotypées des personnes trans et non conformes au genre dans les médias ;
  • adopter des mesures pour protéger les enfants transgenres et de diverses identités de genre contre toutes les formes de discrimination et de violence, y compris l’intimidation ;
  • revoir les lois et les politiques qui exacerbent les abus et le harcèlement de la police, l’extorsion et les actes de violence contre les personnes fondés sur l’identité de genre (par exemple, les lois fondées sur la décence publique, la morale, la santé et la sécurité, y compris celles sur la mendicité et le vagabondage, et les lois criminalisant les conduites considérées comme ” indécent” ou “provocateur”);
  • adopter une législation anti-discrimination qui inclut l’identité de genre parmi les motifs interdits ;
  • adopter une loi sur les crimes haineux qui érige la transphobie en facteur aggravant aux fins de la détermination de la peine ; et la législation relative au discours de haine fondé sur l’identité de genre ;
  • collecter des données pour évaluer le type, la prévalence, les tendances et les schémas de violence et de discrimination à l’égard des personnes transgenres et de diverses identités de genre et, sur cette base, éclairer les politiques et les mesures législatives et combler les lacunes dans les enquêtes, les poursuites et les recours fournis ; et
  • prendre des mesures positives pour corriger la discrimination structurelle et remédier aux inégalités socio-économiques.

lutte des personnes trans et lgbt

Rapports thématiques

Reconnaissance légale de l’identité de genre et dépatologisation (2018)

Le rapport d’octobre 2018 de l’Experte indépendante à l’Assemblée générale des Nations Unies examine le processus d’abandon de la classification de certaines formes de genre comme “pathologies”. Il clarifie le devoir des États de respecter et de promouvoir le respect de la reconnaissance du genre en tant que composante de l’identité. Il met également en évidence certaines mesures efficaces pour garantir le respect de l’identité de genre et fournit des orientations aux États sur la manière de lutter contre la violence et la discrimination fondées sur l’identité de genre.

lutte des personnes trans et lgbt